{...Ici entour que je suis d'une vaste contre parcourue par les vents venus des mers, je sens qu'aucun homme ne saura jamais rpondre aux questions et aux sentiments qui ont leur vie propre au coeur de votre intimit; car mme les meilleurs se perdent dans les mots lorsqu'ils ont faire entendre ce qui est le plus tnu et qui est presque indicible. Mais je crois pourtant que vous n'tes pas vou rester sans rponse si vous vous en tenez des choses qui ressemblent celles qui actuellement reposent mes yeux. Si vous vous en tenez la nature, ce qu'elle recle de simple, ce qui est rduit, qu' peine quelqu'un remarque et qui, de manire inaperue, peut parvenir la grandeur et l'incommensurable, si vous avez cet amour pour ce qui est infime, et si, en toute simplicit, vous cherchez gagner, pour le servir, la confiance de ce qui semble indigent, tout vous sera plus facile, tout sera plus cohrent et en quelque manire plus harmonieux, non sans doute pour l'entendement qui, tonn, observe une certaine rserve, mais pour votre conscience la plus profonde, pour votre lucidit et votre savoir...}

Lettres un jeune pote - Rainer Maria Rilke